Le stewart aux tresses africaines n'aura finalement pas gain de cause

Le 10/06/2014 à 16h08 - Infos coiffure

Vous vous souvenez de cette histoire, qui commence à dater un peu maintenant... Un stewart de la compagnie aérienne Air France avait été mis à pied pour une durée de 5 jours car celui-ci avait tenté d'embarquer avec ses tresses africaines sur la tête lors d'un vol ou il devait effectuer un service. Le motif était que celui-ci disposait d'une coiffure qui ne rentre pas dans les standards imposés par la compagnie aérienne. Et bien cette affaire vient de connaître un énième rebondissement. 
En effet, le jugement rendu cette après-midi par le conseil des prud'hommes de Bobigny a indiqué qu'il n'y avait rien de discriminant dans l'affaire menée en justice par le jeune homme. Un jeune homme de 40 ans qui a donc été débouté, lui qui réclamait sa réintégration ainsi que 50 000 euros de dommages et intérêts à la compagnie. Un procès qui a toujours été dénoncée par Air France, qui regrettait le fait que cet employé ne veuille pas se plier au règlement. 
Les prud'hommes ont en revanche bien annulé la mise à pied de 5 jours, obligeant la compagnie à verser les 500 euros de salaires qui n'avaient jamais été versés au stewart. En revanche, tous les autres chefs d'accusation ont été déboutés, à commencer par la plainte portée par SOS racisme, qui réclamait 1 euros symbolique de dommages et intérêts. 
"Cette décision botte en touche. On annule la sanction disciplinaire parce qu’elle n’était pas motivée mais sur le fond on est débouté" indique l'avocat du plaignant, qui compte bien faire appel de cette décision. 

Stewart Air France tresses africaines