Ces aliments qui soignent vos cheveux

Le 08/12/2013 à 09h16 - Bon plans coiffure

Que devrait-on consommer au quotidien pour garantir un entretien naturel de la chevelure ?

Les protéines

En matière de pousse des cheveux, tout se joue dans les follicules pileux. Ces derniers, situés sous la peau, contiennent des protéines appelées kératines. Celles-ci se transforment en cellules capillaires par synthétisation (le processus est appelé kératinisation). À leur tour, les cellules capillaires s’assemblent pour donner naissance aux poils. Cette simple explication suffit à comprendre le rôle des protéines dans la pousse des cheveux.

En clair, les follicules pileux ont besoin de protéines pour fonctionner normalement et assurer le renouvellement capillaire. D’autre part, on devine aisément qu’un apport déficient en protéines est à l’origine de cheveux fins et fragiles susceptibles de déboucher sur leur chute. Pour un apport régulier en protéine, il suffit d’intégrer au repas des aliments qui en contiennent. Les protéines végétales (noix, noisettes, haricots, soja…) sont celles qui présentent le moins de risques pour la santé.

Toutefois, ce sont les protéines d’origines animales, donc la viande, qui sont les plus indiquées pour les cheveux. D’autant que la viande contient des acides aminés soufrés, également indispensables au développement du cheveu. Il importe également de souligner qu’une viande grasse est pauvre en protéine. Il faut donc opter pour une viande maigre ce qui exclue les charcuteries et la viande de porc.  En revanche, la viande bovine et de volaille (poulet de ferme, dinde) est parfaite.

Mais comme les cheveux ont également besoin de gras, il faut associer la viande maigre à une source de gras protéinée. Pour ce faire, il suffit d’un apport en acides gras, très présents dans les poissons gras (saumon, thon, sardine, maquereau, sole). Sans compter que ces derniers sont riches en protéine, mais également en omégas 3.

aliments-cheveux

 

Le fer, le zinc et le Complexe B

Le fer stimule la pousse des cheveux et améliore l’oxygénation des racines. Ici également, les cheveux tireront profit du fer animal apporté par la viande maigre et les poissons gras. Exception, le boudin noir (sang de porc) peut-être consommé pour sa forte teneur en fer. Côté végétal, on privilégiera les légumineuses (lentilles et pois chiche par exemple) ainsi que les fruits secs.

Le zinc sert à avoir des cheveux forts et à prévenir leurs chutes. On le trouve essentiellement dans la viande (notamment les abats, mais surtout le foie), les fromages à pâte ferme, les jaunes d’œuf (à proscrire dans le cas d’un régime anti – cholestérol) ainsi que les fruits de mer avec une préférence pour les huîtres. Dans le cas d’un mode alimentaire végétarien, l’apport en zinc est assuré par les céréales complètes, les germes de blé, les noix, le chou, les épinards, les tomates, les noisettes, les pêches et les oranges.

Pour assurer la bonne marche de la kératinisation, les follicules pileux ont besoin de vitamines B, notamment de biotine ou B8. Les jaunes d’œuf, le soja, les épinards (à consommer en jus de préférence), l’avocat et les flocons d’avoir sont gorgés de biotine. Il ne faut pas non plus négliger la consommation de banane qui, en plus des vitamines B6 et B9 qu’elle apporte, est blindée en silicium. Cet oligo-élément garantit des cheveux correctement épais. Le silicium est aussi présent dans les haricots verts et la levure de bière.