Chimiothérapie et chute des cheveux

Le 09/12/2013 à 08h36 - Infos coiffure

Une chimiothérapie consiste en une association de médicaments sélectionnés selon le type de cancer. Parmi ceux-ci il y en a qui sont à l’origine de la chute des cheveux pendant le traitement. C’est le cas de ceux utilisés pour traiter les cancers mammaires. D’autres n’engendrent que peu ou pas du tout une chute de cheveux. Il en est du cas de ceux destinés à guérir les cancers digestifs. Enfin, il arrive que lors d’une chimiothérapie, les cheveux, au lieu de tomber, s’affinent et deviennent duveteux.

Par ailleurs, une même chimiothérapie est susceptible de présenter des effets secondaires d’un malade à un autre dont particulièrement la chute de cheveux. En effet, la résistance des cellules capillaires suite à l’administration des agents curatifs diffère selon les prédispositions des individus. Si certaines sont totalement endommagées (s’ensuit alors la chute des cheveux), d’autres en revanche affichent une grande résistance. Dans tous les cas, seul l’oncologue est capable d’anticiper une chute des cheveux ou non…

cheveux-chimiotherapie

 

Pourquoi une chute ?

Les cellules du corps humain se multiplient par division. Les cellules cancéreuses se divisent plus vite que les autres et d’une manière anarchique. Les chimiothérapies (association de plusieurs médicaments cytostatiques) exterminent chaque cellule à division perturbée sans distinguer si elles sont cancéreuses ou non. C’est le cas des cellules du bulbe pileux contenus dans les follicules pileux. Ces cellules, qui assurent la pousse des cheveux, se divisent à grande vitesse et sont de ce fait la cible des substances cytostatiques. Elles sont détruites d’où la chute imminente des cheveux. Cette chute est appelée alopécie.

Non seulement les traitements chimiques anticancéreux anéantissent les cellules à division rapide, saine ou morbide, mais ils freinent aussi leur multiplication. Dans le cas des follicules pileux, cela se manifeste par la neutralisation du processus de division des cellules-souches du cheveu. Or cette division est à l’origine de la production de kératine ; notons que cette dernière est responsable de la production des cellules capillaires qui elles-mêmes donnent naissance aux poils. Les chutes de cheveux sont amorcées et le renouvellement capillaire est momentanément stoppé.

 

À quand se manifestent la chute et la repousse ?

Les délais sont fonction des variétés de médicaments utilisés lors de la chimio et de la proportion recommandée par l’oncologue ou le thérapeute. En règle générale, l’on constate le début de la chute des cheveux environ trois semaines après la première séance de chimiothérapie. Il arrive toutefois qu’elle se produise au moment de la première série de thérapie. La chute se manifeste soit totalement soit progressivement. La repousse a lieu environ 4 semaines après la fin de la série de chimiothérapies administrées.

À partir du moment où les cheveux repoussent, ils vont croître à une vitesse d’un centimètre par mois. Dans un premier temps, les cheveux n’auront ni sa qualité ni sa couleur d’avant le traitement. Puis, avec le temps, ils retrouveront ses caractéristiques initiales voire meilleures. Enfin, au moment de la chimio il est fortement déconseillé d’utiliser, sans l’avis du thérapeute, des produits destinés à stimuler la repousse capillaire. Durant les 6 mois après la repousse, toute utilisation de capillaire est sujette systématiquement à l’avis de l’oncologue.

À savoir, l’usage des produits d’origine chimique, même végétal, de même l’utilisation des lisseurs, fers à friser, à boucler, brushing et séchoir ; et enfin, soumettre la chevelure à des traitements du type chimique tels que le défrisage et le lissage… Enfin, selon l’avis général des personnes du milieu de l’oncologie, même les tresses sont proscrites.