VIDEO - Marseille : un salon de coiffure refuse une femme voilée

Le 17/10/2016 à 09h31 - Infos coiffure

Il y a quelques semaines, la même affaire soulevait nombre de questions et de réactions alors qu'une coiffeuse en Norvège refusait de coiffer une femme voilée. Et bien cette semaine, c'est en France qu'une affaire similaire a eu lieu, à Marseille plus précisément. En effet, la responsable d'une franchise du réseau Biguine a demandé à une jeune femme accompagnant sa mère de quitter le salon sous prétexte que le règlement intérieur du salon n'autorisait pas le voile intégral dans son salon. 
Retour sur cette affaire...


Les faits

La jeune femme victime de cette histoire témoigne : "Le 8 juillet 2016 j’ai accompagné ma mère au salon de coiffure Jean-Claude Biguine à Marseille La Joliette. Je rentre, on nous installe, je prends un magazine. Une employée vient vers moi et me dit : « Par contre je vais vous demander de sortir, car nous n'acceptons pas les femmes voilées et c'est un salon privé et cela fait partie du règlement intérieur ». Choquée, j’ai mis du temps à réagir, car je ne m’y attendais pas du tout alors je lui réponds que c’est un salon privé certes, mais ouvert au public. Elle me dit que je peux attendre dehors devant le salon si je le souhaite. Cette phrase m’a bouleversée, c’était me demander d’attendre devant le salon, comme un chien à qui on interdirait l’accès à l’entrée d’un commerce. Je me suis sentie vraiment rejetée. Depuis ce jour je suis très anxieuse quand je me rends dans les magasins.".
La jeune femme a donc saisi l'antenne locale du CCIF pour vérification, et l'échange a été filmé. Nous vous proposons de découvrir la vidéo filmée en caméra cachée filmée par la bénévole de l'association :




Quelle est la politique de Biguine sur le sujet

Contactée par la victime, la direction de la chaîne de coiffure a confirmé que cette décision ne faisait pas partie de la politique mise en place par le réseau, et qu'un rappel à l'ordre serait effectué à la gérante du salon. 


Que dit la loi ? 

La loi du 10 octobre 2010 interdit effectivement le port du voile intégral. En revanche, et c'est la ou la frontière est floue, la gérante du salon se met dans l'illégalité en refusant l'accès à son salon à une personne à cause de son appartenance religieuse. La jeune femme a donc déposé plainte au commissariat, une plainte suivie de près par le CCIF afin qu'elle aboutisse.