120 euros la coupe femme... Les coiffeurs pètent-ils les plombs ?

Le 15/02/2016 à 10h09 - Expert Zone

Autant je suis un grand partisan de la théorie selon laquelle les coiffeurs ne font pas payer leurs coupes assez chères... Mais autant les applications de cette théorie dans certains salons me laissent songeur... En naviguant sur le web, je suis tombé sur un salon de Paris, qui développe un concept "novateur". En effet, le salon ne dispose pas de miroir, et demande aux clientes de laisser leurs cheveux sans crainte aux mains expertes du coiffeur. Si l'initiative est plus que louable et met en avant l'expertise du coiffeur, ce qui en soit est une excellente idée en ces temps ou le métier est particulièrement chahuté par le DIY et les coiffeuses improvisées. Mais le prix de la coupe... 120 euros la coupe femme... Et ces tarifs ne font pas exception dans le petit monde de la coiffure parisienne... Un salon dans le 8e arrondissement propose une coupe par son coiffeur star à 120 euros pour les cheveux courts, 130 pour les cheveux longs. Un autre dans le 2e arrondissement monte à 150 euros la coupe pour le coiffeur star. Et on ne parle pas des coiffeurs qui arpentent les couloirs d'hôtels et qui font payer leurs coupes plus de 500 euros... S’il doit exister une clientèle pour ce type de prestation, je ne peux m'empêcher de me poser une question : les coiffeurs sont-ils en train de péter les plombs ? 




Depuis peu, les coiffeurs commencent enfin à se rendre compte qu'ils se sont pris les pieds dans le tapis tous seuls, comme des grands, depuis plus de 10 ans... Et ce en remettant en cause l'un des principes fondamentaux du marketing : ne touchez jamais à la variable PRIX. Vous avez toute liberté de travailler les 3 autres variables que sont le Positionnement, le Placement et où le Produit (les fameux 4P chers à Kotler et Dubois). Mais en aucun cas il ne faut baisser la variable Prix, ce qui a pour seule et unique conséquence de dévaluer la perception de la valeur du produit. Exactement ce qui se passe depuis des années dans la coiffure. Quelques franchiseurs peu scrupuleux ont décidé de s'attaquer au prix des prestations en salon, en proposant des coupes toujours moins chères, obligeant les salons concurrents à adapter leur grille tarifaire. Résultat : la perception de la prestation coiffure a été largement dévaluée, et ce sont aujourd'hui tous les salons, y compris ces salons low cost, qui tirent la langue. 

Mais est-ce que nous ne sommes pas aujourd'hui en train de faire le chemin dans l'autre sens, avec des prix pour une coupe de cheveux qui atteignent des sommets ? À savoir, est-ce que nous ne sommes pas en train de survaloriser le prix d'une prestation, ce qui va avoir pour conséquence évidente l'explosion du DIY et des prestations au black par une "copine coiffeuse" ?
Quand je vois la frénésie qui est en train d'agiter le milieu des coiffeurs parisiens, je me pose sérieusement la question... Soit, la prestation proposée pour ce prix est en accord (cadre de rêve, personnel au petit soin...). Mais le produit vendu au final n'en reste pas moins une coupe de cheveux. On nous vend aujourd'hui une "expérience" plutôt qu'une simple coupe, on nous bassine à grands coups de "salons émotion", concept cher à une grande marque de produits professionnels... OK... Mais au final, ce qui reste de toute cette expérience, une fois le rationnel ayant repris le dessus sur l'émotif (c'est à dire quand la cliente se réveille le lendemain matin), c'est une coupe de cheveux. Réussie ou non... Et malheureusement, aujourd'hui, à Paris, de nombreux salons ont oublié que leur métier est de coiffer et non de faire voyager. Et ont un peu trop tendance à cacher des coupes médiocres derrière une soi-disant expérience unique. Le tout pour un tarif prohibitif de plus de 2 euros la minute. Car oui, expérience exceptionnelle pour la cliente ou non, la règle dans un salon est que le fauteuil ne doit pas être immobilisé plus de 1h, rentabilité oblige... 

La conclusion de tout cela ? Je pense qu'il serait intéressant pour le monde de la coiffure de ne pas partir dans les extrêmes, que ça soit dans un sens ou dans l'autre. Après des années de sous-valorisation, inutile de repartir tambour battant dans l'autre direction, à savoir la survalorisation. La coupe a un prix juste qu'il est important de maintenir, afin de faire en sorte que les clientes ne soient pas tentées de faire par elle même, tout en permettant à un salon de vivre de son métier et de développer son activité. Pas plus, pas moins...
Et surtout, mettez des miroirs dans vos salons ! :-)


Thibaut

Fondateur de MeilleurCoiffeur.com