Coiffure et TMS

Le 26/06/2014 à 08h26 - Expert Zone

Un coiffeur s’expose à divers risques professionnels, dont les troubles musculo-squelettiques qu’il est pourtant possible de prévenir.

Troubles musculo-squelettiques : les causes
Les statistiques ont démontré que les troubles musculo-squelettiques (TMS) représentent 75% des maladies professionnelles dans le secteur de la coiffure. De nombreux facteurs peuvent être à l’origine de ces troubles, comme la posture debout pendant un temps prolongé, la nécessité de cambrer le dos et de pencher la tête à longueur de journée. Le fait de devoir lever souvent le coude tout en gardant le bras tendu et de piétiner dans un espace exigu peut aussi entraîner ces pathologies ostéo-articulaires.

Des maladies chroniques
Les TMS se déclinent un une multitude de pathologies chroniques qui atteignent de nombreuses zones du corps, comme les tendons, la colonne vertébrale, les nerfs des membres supérieurs (poignets, coudes et épaules). Ces affections engendrent des gênes dans l’exercice de la fonction, car le coiffeur éprouve une certaine raideur à exécuter les gestes nécessaires au métier et peut perdre des forces ou devenir maladroit. Dans le cas où la maladie s’aggrave et entraîne une épicondylite, une lombalgie ou un syndrome carpien, le coiffeur peut se retrouver invalide. Quant au mal de dos, il est considéré comme une pathologie importante et est comptabilisée dans le chapitre des accidents de travail.
Le coût humain des troubles musculo-squelettiques peut revenir cher aux coiffeurs salariés qui peuvent devenir professionnellement inaptes ou sont exposés à un risque de handicap, sans compter les souffrances physiques et psychiques. Le coût économique n’est pas non plus négligeable pour l’employeur. À titre d’exemple, un travailleur atteint d’un TMS de l’épaule doit observer un arrêt de travail de 169 jours en moyenne pendant lequel l’établissement doit embaucher temporairement un salarié afin de satisfaire à la demande de la clientèle.

Des mesures préventives
Comme ces pathologies sont en nette croissance chez ceux qui exercent le métier de coiffeur, il s’avère judicieux de prendre les dispositions nécessaires pour les éviter. L’adoption de bonnes postures au travail, la mise en œuvre de pratiques adéquates ainsi que l’usage de matériels de qualité constituent autant de solutions pour amoindrir les risques auprès des salariés.
Le bon choix des outils et des équipements figure parmi les réflexes de prévention. Lors de l’achat, un test est indispensable. Par ailleurs, vous devez privilégier les matériels réglables. N’hésitez pas à demander le concours des clients pour faciliter la prestation des salariés. Apprenez-leur à régler la hauteur du fauteuil. Invitez-les à rester debout pendant certaines étapes de la coupe ou à se déplacer dans un endroit plus adapté du salon de coiffure où se trouvent certains équipements spécifiques. Optez pour un sèche-cheveux qui combine la performance, la puissance à un poids assez léger. L’embout doit être orientable et les boutons de commande aisément accessibles.
Une bonne organisation de votre salon de coiffure vous permettra également de pallier aux risques de TMS. Les espaces de travail doivent être suffisamment vastes pour que les coiffeurs puissent évoluer à leur aise et exécuter les mouvements inhérents à leur métier sans trop de contraintes. L’éclairage doit être adapté à l’exercice de la fonction. Vous devez établir une réglementation assez stricte pour qu'il n'y ait pas une surcharge de travail. Une rotation des postes est aussi une solution. L’embauche de salariés polyvalents est vivement conseillée.

Coiffure et TMS