Cauchemar chez le coiffeur : interview des gérants du salon

Le 09/10/2015 à 10h12 - Expert Zone

Nous en parlons depuis quelques jours, la semaine prochaine, M6 diffusera la première de son nouveau crochet : Cauchemar chez le coiffeur. Une bonne nouvelle, qui est attendue par la profession avec impatience. 
Et en creusant un petit peu, nous avons réussi à contacter les gérants du salon "redressé" par Sarah Guetta, Magalie et Florian du salon L'artisan coiffeur à Paimpol. Et les gérants (au demeurant très actifs sur MeilleurCoiffeur) ont gentiment accepté de répondre à quelques une de nos questions, sur l'émission et les conséquences attendues par la diffusion de l'émission. Nous ne cachons pas notre plaisir d'être les premiers à diffuser une interview du couple, qui sera à l'honneur mardi à 20h50 sur M6 !




Votre salon a été sélectionné par M6 pour participer à son nouveau crochet, "Cauchemar chez le coiffeur". Qu'est-ce qui vous a décidé à participer à l'émission ?
Ce qui nous a décidés à participer à cette émission, c'est avant tout l'aventure humaine, le challenge d'avoir un salon refait à neuf et l'expérience de la télévision. 


Comment s'est passée l'approche de la société de production pour vous convaincre ?

La société de production a été super convaincante, voire insistante. L'équipe m'a dit avoir eu un coup de coeur pour nous, nous ont parlé du potentiel du salon... Ils ont adoré notre parcours, et ont vu en nous des personnes qui prennent des risques. Il faut croire que c'est ce qui les a convaincus... 


Votre salon avait-il de réelles difficultés avant le tournage de l'émission ?

Notre salon fonctionnait déjà très bien avant le tournage. Le cauchemar, ce n'est pas dans le salon que l'on le trouve, mais plutôt du côté des charges, de l'URSAFF, du RSI et de la banque. Notre salon, comme beaucoup d'autres, avait des problèmes de trésorerie malgré le fait que nous travaillons beaucoup. 


D'après ce que nous avons pu lire sur internet, vous ne vous attendiez pas à ce que l'émission s'appelle "Cauchemar chez le coiffeur". Déçu par la chaîne qui vous aurait trompé sur le fond de l'émission ?

Oui, nous avons été très déçus par ce titre pour l'émission. Nous aurions aimé un titre plus positif, pour redorer l'image de la coiffure. Mais nous ne pensons pas pour autant que la chaîne nous a trompés, ils surfent sur la notoriété  de "cauchemar en cuisine" pour lancer le concept... 


Sarah (Guetta ndrl.) a axé ses conseils autour du management essentiellement. Est ce que c'est selon vous les vraies problématiques auxquelles sont confrontés les coiffeurs au quotidien ?

Effectivement, Sarah était la pour nous encadrer niveau management, nous donner les clefs pour tirer le meilleur de nos collaborateurs. Mais selon moi, le vrai problème des salons de coiffure en se situe pas la. Les coiffeurs au quotidien souffrent des charges trop lourdes qui pèsent sur les petites entreprises, essentiellement le RSI qui devient notre pire cauchemar. 
Le management joue effectivement une part essentielle dans la réussite d'un salon, mais le problème de fond selon moi, c'est la société qui entoure les entreprises de coiffure. 


M6 s'est adossé à L'Oréal Professionnel pour financer une partie de l'émission (travaux dans le salon, et produits offerts). Quel a été le rôle de la marque dans l'émission ? Est-ce que vous avez signé un contrat d'exclusivité avec la marque suite à ce qu'ils ont fait pour votre salon ?

L'Oréal Professionnel a eu un rôle très important. Une architecte de la société est venue dans le salon, elle a redessiné le salon, et a appliqué ce concept cher à la marque : le salon émotion. 
Nous avons été extrêmement gâtés par la marque, qui nous a offert des casques, des produits de revente, des couleurs, un nail bar... Et le tout sans demander de contrepartie, nous n'avons signé aucun contrat d'exclusivité avec la société suite au travail qu'ils ont effectué dans le salon. 


Comment s'est passé lé tournage ?

Le tournage s'est très bien déroulé. Nous avons eu affaire à des gens aux qualités humaines remarquables, nous avons découvert Sarah, à qui nous nous sommes beaucoup attachés. Nous avons été entourés de gens formidables pendant le tournage, dont David, le directeur des programmes, une personne formidable. 
Après, le tournage a été moralement éprouvant. Ce n’est pas tous les jours que l'on se retrouve avec autant de caméras et de micros autour de soi. 


Est-ce que le tournage est "scénarisé" (on vous demande de réaliser telle ou telle action), ou est-ce que vous êtes parfaitement libres de vos actions ?

Paradoxalement, malgré la présence des caméras, nous nous sommes sentis très libres de nos actions. Jamais on ne nous a demandé de réaliser telle ou telle chose pour que ça passe mieux à l'écran. Nous ne sommes pas du genre à nous laisser dicter ce que l'on doit faire, il se peut que nous ayons été leur pire cauchemar... :-)


Parlons de Sarah Guetta, réputée pour être une "grande gueule"... Comment s'est passée la relation avec la coiffeuse ?

Sarah Guetta est effectivement une sacrée personnalité... mais avec un grand coeur ! 
Les premiers moments ont été très mitigés, nous trouvions qu'elle en faisait un peu trop, peut-être était-ce une demande de la prod. Mais en creusant un peu, et en apprenant à nous connaître, nous avons découvert un vrai bout de femme... au caractère bien trempé, mais avec le coeur sur la main. Au final, je trouve que l'on se ressemble un peu toutes les deux... 


Et avec le reste de l'équipe ?

Au départ, les filles et mon mari ont eu beaucoup de mal. Mais rapidement, les tensions se sont dissipées, mais il est toujours compliqué de bousculer une organisation en place depuis un petit moment. Mais dans l'ensemble, tout le monde garde un très bon souvenir du passage de Sarah. Et ça a surtout été très constructif !


Le tournage n'a-t-il pas trop déstabilisé les habitudes de votre clientèle existante ?

SI effectivement, cela a un peu bousculé les habitudes de nos clientes. Certaines étaient enchantées, d'autres moins... Le changement fait toujours peur, surtout pour les clientes qui ont leurs habitudes. Mais dans l'ensemble, tout le monde est très content et très fier du salon. 


Avez-vous déjà senti une différence de fréquentation dans votre salon depuis le passage des équipes de tournage ?

Pendant le tournage, nous avons eu beaucoup de nouvelles visites, engendrées par la curiosité des caméras. La mise en avant des produits L'Oréal a largement favorisé nos ventes. Et même notre page Facebook, augmente considérablement son compteur de likes. Les avis positifs de MeilleurCoiffeur contribuent également beaucoup à la fréquentation de notre salon. Internet est une force pour notre salon aujourd'hui. 


La relation avec les autres partenaires (banques, fournisseurs...) s'est-elle améliorée avec l'émission ?

Malheureusement, pas de miracles de ce côté-là... La relation avec notre banque n'a pas évolué tant que ça. Après l'émission, notre banquier est venu voir le salon et nous a proposé un prêt de trésorerie... Mais bon, c'est un peu tard... 


Avez-vous déjà vu l'émission ? Pas trop de stress à l'idée de sa diffusion ?

Non, nous n'avons eu aucun droit de regard. La pression monte, même si nous savons ce qui a été tourné. Et nous serons entre amis pour regarder l'émission le soir de la diffusion !


J'imagine que vous vous attendez à un gros pic de fréquentation du salon après la diffusion de l'émission. Comment vous êtes-vous préparé à l'après-diffusion ? Vous allez recruter ? 

Oui, nous nous attendons à une augmentation de notre activité, ou tout du moins, nous l'espérons. Nous sommes un peu dans le flou. Mais j'ai incité les filles à prendre des vacances avant la diffusion de l'émission, afin d'être au top dès le lendemain de la diffusion... 
Recruter, pourquoi pas... Mais pas simple de trouver un coiffeur motivé, avec une bonne mentalité, capable d'avancer avec nous... 


Au final, c'est une expérience que vous recommanderiez à vos confrères ?

Oui, sans hésitation. Mais attention, cela demande du courage pour faire tout ça, faire preuve d'une grande capacité de remise en question, et ne pas avoir peur de se faire rhabiller pour l'hiver... 
Mais en ce qui nous concerne, nous sommes plus que fiers, et c'est un bel exemple à suivre pour nos filles. Dans la vie, il faut du courage pour avancer et espérer réussir. Certains resteront à leur place, d'autres avanceront !