Ce que font ces coiffeuses pour l'unité nationale va vous laisser sans voix !

Le 08/02/2015 à 21h57 - Expert Zone

L'unité nationale, c'est le nouveau mot à la mode dans la bouche de nos politiques depuis les attentats contre Charlie Hebdo. En effet, on ne compte plus les fois où on nous rabâche des oreilles avec le fameux "esprit du 11 Janvier". Mais l'unité nationale, c'est quoi ? Et bien il nous semble que l'initiative de ces coiffeuses en résume parfaitement en concept... En effet, Daniati et Fatima, les deux coiffeuses à la base de cette initiative donnent chaque mois 1 journée de leur temps  pour former des coiffeuses à la réalisation de tresses africaines. Le tout pour une somme dérisoire : à partir de 2 euros la coupe, en fonction de la tresse souhaitée. Le but de cet argent : organiser une fête multi-culturelle ! Une initiative touchant tant par sa générosité que par le but de celle-ci : "La tresse africaine fait partie de notre culture. Au travers de ces formations, notre objectif est avant tout de sensibiliser et de mieux faire connaître notre culture" indique Daniati. Probalement le meilleur moyen d'éviter les amalgames...  

Coiffeuse unité nationale


"Le tressage, moi, je kiffe ! clame-t-elle. Mais, ce que je préfère par-dessus tout, c’est initier les autres !" indique Daniati pendant que ses mains s'affairent sur les cheveux de Céline a qui elle réalise des tresses africaines. "Ça fait quand même un peu mal" déclare l'adjointe de direction, tandis que Daniati rétorque "Il faut savoir souffrir pour être belle, lance-t-elle. Le tressage des cheveux lisses est compliqué. Ils vous filent entre les doigts. Rien à voir avec les chevelures crépues !". Mais ce qui fait chaud au coeur, c'est surtout cette unité qui se dégage de ce salon improvisé. Chacun y vient comme il est, et vient simplement s'imprégner d'une culture méconnue, et souvent mal comprise... 
Une initiative comme on aimerait en voir plus souvent, ça fait chaud au coeur et ça fait plaisir de voir que des hommes et des femmes se battent pour éviter les amalgames, et pour faire connaître leur culture. Un grand bravo donc à Daniati et Fatima, en espérant que cette initiative pourra durer le plus longtemps possible !