Coiffure en danger : la FNC hausse le ton !

Le 29/08/2014 à 10h15 - Expert Zone

Les premières avancées sur l'épineux dossier de la revente de produits professionnels aux particuliers est en train de faire son petit bonhomme de chemin. En effet, le 26 Juillet, nous apprenions par la voix du porte parole du mouvement "Coiffure en danger" que la revente de produits professionnels aux particuliers était déclarée illégale par le gouvernement. Cela faisait suite à la déclaration de l'UNEC du 12 Juin qui indiquait que Bernard Stalter allait saisir à la rentrée la repression des fraudes pour plancher sur le sujet. Si le mois d'août a été relativement calme, vacances oblige, le mois de Septembre pourrait bien être tout autre...
Coiffure en danger

En effet, la FNC Haute Normandie, grace à l'action de Christophe Doré vient de saisir la répressions des fraudes pour s'attaquer à 3 sujets qui minent les professionnels de la coiffure dans la région :
- L'ouverture des salons le Dimanche
- L'ouverture de salon par des personnes ne disposant pas du BP
- La vente de produits professionnels à des particuliers

Un rapport a été rendu publique par la repression des fraudes, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il est édifiant. En effet, on y découvre que ces éléments sont passibles de peines graves car ils rentrent tous deux dans le colimateur de 2 chefs d'accusations :
- La concurrence déloyale (ouverture des salons le Dimanche et ouverture de salon de coiffure sans disposer des diplômes nécessaires)
- L'atteinte à la santé publique (revente de produits professionnels à des particuliers)
Il est important de noter que l'atteinte à la santé publique fait état de 2 statuts différents :
- La revente de produits professionnels dis non dangereux (shampooing, masques...) qui ne relèvent pas de l'atteinte à la santé publique, mais de la responsabilité des producteurs et grossistes qui ferment les yeux sur le circuit de distribution de ces produits.
- La revente de produits produits professionnels dis dangereux entre quand à elle dans le cadre d'application de l'atteinte à la santé publique. Etant donné les dangers encourus par les consommateurs, la repression des fraude indique que "La responsabilité des grossistes et des maisons de produits est très forte car il s’agit de mise en danger de personne. Pour les produits dangereux le circuit de distribution doit être particulièrement vérifié et contrôlé. C’est la difficulté de cette question : savoir qui est responsable en cas de vente à un particulier ?"
Pour la FNC de la Haute Normandie, pas de doute, c'est bel et bien le grossiste qui est responsable de la vente de produits professionnels à des particuliers, ce qui risque bien de faire grincer des dents, à l'image de la réaction de Djimmy Houdart, coiffeur à domicile et grossiste en produits de coiffure à Liancourt (60), qui réagit hier sur la page facebook "Coiffure en danger""Cela me pause aucun problème . La juridiction française a tellement de faille que je serait sûrement a la retraite quand les loi et les décrets seront signée sur l'interdiction de vente au particulier en attendant je me réjouie de voir les coiffeurs s'acharner sur leur sort et je fait mon business en même temps . Arrêtez de pleurer et bossez correctement vos client achèteront chez vous et non cher nous ."

Quoi qu'il en soit, il semblerait que la FNC Haute Normandie ait pris le dossier à bras le corps, et indique que la répression des fraudes est en ce moment même en train d'analyser le problème d'un point de vue juridique. En cas de manquement à la loi, le dossier passera de la repression des fraudes de Haute Normandie à la repression des fraudes Nationale, ce qui risque bien de faire accélérer le sujet, et de conduire à des peines exemplaires pour les grossistes qui ne respecteraient pas la loi à la lettre. 
Une affaire qui "fait tâche" à quelques semaines du Mondial Coiffure Beauté. Le mouvement n'aura d'ailleurs pas le droit à la parole pendant les 2 jours de l'évènement, une décision prise par les organisateurs du MCB en accord avec l'UNEC. En effet, les 2 parties préfèrent laisser la place au côté artistique et festif de l'évènement, et on s'en doute, ne veut pas prendre le risque de se mettre à dos leurs annonceurs qui financent en grande partie l'évènement depuis que les entrées ont été rendues gratuites.
Mais connaissant la ressource et la détermination des investigateurs de cette fronde, il y a fort à parier que le mouvement "Coiffure en danger" disposera d'une belle visibilité pendant l'évènement, et ce via des vois détournées. Une affaire à suivre donc, et qui croyez-moi n'a pas fini de nous surprendre...