Eric Zemmour : coiffeur, l'oréal et blog...

Le 30/10/2009 à 09h35 - Expert Zone

A ne surtout pas confondre avec son homonyme chroniqueur chez Laurent Ruquier... Eric Zemmour est l'une des figures emblématique du monde de la coiffure. Véritable prodige de la coiffure, celui-ci a réussi à atteindre un tel niveau de notoriété à force de travail et de volonté. Une vocation née à l'âge de 18 ans, travaillée dans le salon familial et amplifié par la reconnaissance de son talent par les plus grandes institutions de la coiffure française. Mais non content d'être reconnu par la profession, Eric Zemmour se présente aujourd'hui comme chef d'entreprise d'une structure de 7 salons de coiffure et de «60 personnes pour un chiffre d'affaires de 2,5millions d'euros». Petit focus sur l'un des coiffeurs les plus doué de sa génération...

«Cela ne va jamais assez vite pour moi: c'est comme quand on marche, on a tout de suite envie de courir. Seulement, il ne faut pas tomber!». Tel pourrait être le crédo de ce chef d'entreprise.... Eric Zemmour a décroché son CAP à l'âge de 18 ans. Suite à cela, le coiffeur azuréen quitte Aix en Provence pour rejoindre la côte d'Azur et le lycée Balzac, ou il obtient son brevet professionnel. S'en suivent 12 ans d'apprentissage dans le salon de coiffure familial. «J'ai pratiqué la coiffure dans toutes ses formes, avec ou sans salaire. Ce que je voulais, c'était apprendre, connaître la mode et les tendances, aller plus loin, être autre chose qu'un simple coiffeur au fauteuil.». Eric Zemmour commence donc par intégrer le Comité Artistique de la Coiffure Française. Très rapidement, le talent du jeune coiffeur ne passe pas inaperçu, et celui-ci se fait remarquer par l'Oréal pour rejoindre l'équipe des coiffeurs associés (un cercle très restreint, puisque seuls 200 coiffeurs en font partie en France.). L'ascension d'Eric est fulgurante, celui-ci multiplie les shows, mais à l'échelle nationale cette fois. «Ensuite, les choses sont montées crescendo» : tournages de films, défilés de mode, concours, l'homme continue à apprendre tout en exerçant son art.

«A 30 ans, j'ai eu envie d'exister différemment.». Celui-ci décide donc de s'associer avec sa compagne pour monter son premier salon de coiffure. Fidèle à ses origines, notre coiffeur azuréen monte sa première affaire en 1995 à Nice. «On est sur un concept haut de gamme, sans le côté ostentatoire et inaccessible. On joue sur l'élégance, le savoir-faire et le service.». Une façon intelligente de se démarquer de la concurrence sur un secteur hyper-concurentiel. Un positionnement marketing qui a porté ses fruits dans une époque du «le quick service, pas cher et rapide: des coupeurs de cheveux et basta!», le concept Zemmour s'exporte en 2000 à Monaco. La machine ne tarde pas à s'emballer : Saint Laurent du Var, Cannes, Menton... En 2008, il se lance dans l'aventure de la franchise. Le premier salon franchisé ouvre ses portes à Avignon. Pourquoi ce choix? La notoriété grandissante d'Eric Zemmour y est pour quelque chose...

En effet, en parallèle du développement de son concept, Eric Zemmour continue son travail chez l'oréal, et gravit les échelons. En 1999, Eric devient coiffeur ambassadeur (7 en France), avant d'intégrer l'équipe créative de la haute coiffure française. Eric Zemmour commence à se positionner en tant que réel coiffeur créateur, expose ses créations 2 fois par an lors du salon de la haute coiffure française. Bref, l'homme gagne en notoriété auprès des professionnels. Mais le vrai élan vient d'une chaîne de télé nationale qui n'hésite pas à faire appel à ses services pour les émissions de relooking. La notoriété auprès du grand public est grandissante, il est temps de passer au développement d'un réseau de franchisés... "Après mes différents passages sur M6 en tant que coach, courant 2006, j'ai reçu beaucoup de demandes allant dans ce sens. Je me suis dit que c'était peut-être le moment de mettre un pied sur le marché de la franchise. Si en 4 ans, j'ai ouvert 4 salons en nom propre, je ne souhaite pas pour l'instant continuer sur ce modèle-là... Je risque de m'étouffer. La franchise est donc un bon moyen pour m'implanter dans des villes qui me tiennent particulièrement à coeur, notamment Paris, Aix-en-Provence, Juan-les-Pins, Lyon ou encore la Corse. Ce sont des destinations où je travaille régulièrement et où je peux trouver des gens intéressés par un concept de salon haut de gamme."

Bien entendu, le développement d'un réseau sous forme de franchise comporte de nombreux obstacles. "Le problème que rencontrent tous les réseaux est celui de l'emplacement. Notre positionnement haut de gamme exige des adresses de prestige. Ces adresses génèrent beaucoup de flux mais, en contrepartie, elles coûtent très cher. Dernièrement, à Aix, on m'a demandé près de 900.000 € pour un local de 60m², c'est totalement démesuré. Je reste donc très prudent dans le choix de mes futurs collaborateurs car je ne veux pas les mettre en péril. Si le droit d'entrée ne s'élève qu'à 5.000€, ils doivent cependant être capables de débourser plusieurs centaines de milliers d'euros pour le local, sans compter les travaux... Il nous faut donc des franchisés ayant une trésorerie certaine, ou alors des coiffeurs qui ont déjà une affaire et qui veulent monter en gamme. Je ne veux pas ouvrir des salons, pour les fermer par la suite. C'est une question d'image."

La communication de la société Zemmour semble également bien rodée... "Jusqu'à présent, je ne communiquais pas sur notre développement en franchise car je voulais voir comment la sauce allait prendre en Avignon... Et les débuts sont très prometteurs. Dès le premier mois d'exploitation, le salon a enregistré de bons résultats, la clientèle était au rendez-vous. Je sais aujourd'hui que l'on tient un bon concept, capable de générer rapidement des flux et du chiffre d'affaires. Je vais donc lancer début 2009 une campagne de communication ciblée dans la presse professionnelle."

Enfin, la marque est en train de se développer à l'international, avec l'ouverture du premier salon Zemmour à l'étranger. " Cette aventure est le fruit du hasard, d'une rencontre avec un entrepreneur franco-libanais à la tête d'une entreprise de spa qui souhaitait associer son concept à un salon de coiffure pour s'implanter à Dubaï. Il avait des contacts avec un groupe local qui voulait investir dans un salon haut de gamme. Je lui ai vendu la master franchise pour tout le Moyen-Orient. On a des projets à Abou Dhabi, au Koweït et au Barheim. Concrètement, notre première enseigne ouvre à Dubaï dans quelques jours et j'en suis ravi. C'est une belle adresse de 230m², au pied de la Riviera Towel, un endroit intéressant en terme de développement. Cette expérience au Moyen-Orient est une très belle opportunité pour notre réseau, car elle touche une clientèle qui voyage beaucoup, notamment à Monaco. C'est donc pour nous un bon rappel d'adresse. Et puis, Dubaï, c'est aujourd'hui l'endroit dont on parle le plus au monde!"

Un grand merci à Gaëlle Cloarec pour avoir receuilli ces propos. Si vous êtes intéressés par le développment des salons de coiffure d'Eric Zemmour, je vous invite à aller naviguer sur son blog. Eric fait d'ailleurs parti des rares coiffeurs qui choississent de communiquer sur Internet, un choix qui ne peut qu'être félicité par MeilleurCOIFFEUR.com. Nous lui souhaitons plein de réussite dans ses projets professionnels.

Articles recommandés

  1. Christina Hendricks abandonne son célèbre roux... Et c'est superbe ! Christina Hendricks abandonne son célèbre roux... Et c'est superbe !
  2. Vanessa Seward et ses nouveaux bijoux pour cheveux Vanessa Seward et ses nouveaux bijoux pour cheveux
  3. Les coiffures de stars aux Grammy Awards Les coiffures de stars aux Grammy Awards
  4. Charlie Le Mindu signe une collection "comics" pour l'Oréal Charlie Le Mindu signe une collection "comics" pour l'Oréal