La FNC part en guerre contre les coiffeurs non diplômés

Le 02/09/2015 à 09h39 - Expert Zone

Depuis quelques années, un phénomène inquiétant prend de l'ampleur : les coiffeurs qui ne disposent pas des qualifications nécessaires pour exercer. Un phénomène largement amplifié par l'apparition du statut d'autoentrepreneur, et qui crée sur le métier une situation de concurrence déloyale sans précédent. Si la situation est reconnue, les pouvoirs publics ne se sont pour le moment pas penchés sur le dossier. Mais c'était sans compter sur la FNC, et plus particulièrement sur la fédération des coiffeurs du 85 (Vendée) qui vient de saisir le procureur afin de régler le problème. 

"Nous ne voulons empêcher personne de travailler. Nous demandons seulement à ce que cela se fasse dans les règles" déclare Christian Guillet, président de la FNC de Vendée. "Depuis un an, nous avons reçu plusieurs plaintes de nos adhérents concernant l’installation de coiffeurs sans le diplôme exigé."
Si les chiffres de cette activité illégale restent pour l'instant marginaux (on parlerait de 10 coiffeurs, sur les 700 professionnels qui exercent dans le département), les dérives pointées du doigt par le président de la FNC commencent à sérieusement mettre sur les nerfs les coiffeurs. Christian Guillet a donc saisi la répression de fraudes, et a demandé au procureur de procéder à toutes les vérifications nécessaires en terme de qualification : "Avant de faire quoi que ce soit, on veut vérifier, car on ne peut pas se baser sur des on-dit"

"Dans chaque salon, il y a l’obligation légale d’avoir la présence effective et permanente pendant la durée d’ouverture d’une personne titulaire d’un brevet professionnel ou brevet de maîtrise" indique le président de la FNC. Pour rappel, pour exercer en tant qu'employé dans un salon de coiffure, il est obligatoire d'avoir son CAP Coiffure. Et si vous souhaitez ouvrir votre propre établissement, l'obtention du Brevet Professionnel est obligatoire.