Le logiciel de caisse FlexyBeauty annonce de grandes nouveautés pour cette rentrée 2017 !

Le 07/09/2017 à 10h55 - Business Zone

Le logiciel de caisse va sans conteste être au coeur des débats lors de l'édition 2017 du Mondial... En effet, la loi des finances impose aux coiffeurs équipés d'un logiciel de caisse que celui-ci soit certifié NF 525 au risque d'une amende de 7500 euros. Une annonce volontairement floue de la part du gouvernement qui a amené confusion dans l'esprit des coiffeurs qui pensent pour la plupart qu'il sera obligatoire de s'équiper d'ici janvier 2018 d'un logiciel de caisse tracable par l'état (alors qu'à aucun moment il n'a été question d'obliger les coiffeurs à s'équiper).
Et une aubaine pour les outils d'aide à la gestion de salons de coiffure qui se sont rué dans la brèche pour commercialiser leurs offres. Ikosoft, Wavy, Fiducial... la liste est longue. Mais nous allons nous intéresser à celui qui a à ce jour l'actualité la plus riche de la rentrée, Flexy Beauty

Lancé par 2 associés tous deux issus du monde de l'internet, FlexyBeauty a su en quelques années seulement percer de manière impressionnante dans les instituts de beauté. Et depuis quelque temps, le marché de la coiffure semble également succomber aux attraits de cette startup en pleine croissance. Résumer FlexyBeauty à un logiciel de caisse normé NF 525 serait réducteur, tant le logiciel propose de fonctionnalités intéressantes : rappel SMS, prise de rendez-vous en ligne et autres incontournables du CRM, mais également des partenariats avec des sociétés dont la promesse est de générer du trafic fidélisable pour les salons de coiffure moyennant une marge conséquente sur la prestation commercialisée à prix remisé. En somme, un réel logiciel de gestion et de pilotage de salon de coiffure qui s'interface avec des applications tierces afin de faciliter la gestion et le développement du salon. Le co-fondateur de la société Ilan Koskas annonce des gains de l'ordre de 18 000 euros de chiffre d'affaires par an sur certains salons en utilisant la solution FlexyBeauty. 

Mais la société a réuni les acteurs de la presse professionnelle pour annoncer de nombreux partenariats stratégiques intéressants. Avec des coiffeurs tout d'abord, comme Stéphane Amaru, Pierrick Beringer ou encore Jean-Michel Faretra qui prêtent leur image au logiciel de caisse pour en faire la promotion. Mais également avec un réseau de distribution que l'on ne présente plus, la CAC, qui sort son partenaire Fiducial de son catalogue pour y faire entrer FlexyBeauty. Forte d'une force commerciale musclée (100 commerciaux pour 280 employés), le distributeur a en effet annoncé un partenariat de distribution exclusive avec la marque afin de proposer un outil de pilotage aux salons clients de la coopérative. Les intentions de développement sont aussi ambitieuses que les objectif : équiper entre 2 et 3000 salons de coiffure d'ici à 6 mois (soit entre 20 et 30% des 20 000 salons visités par an par la force commerciale de la CAC). L'offre d'amorçage sera proposée aux salons au prix de 29,90€ / mois
L'interfaçage à terme ira plus loin, avec par exemple la mise en place d'une gestion automatisée des stocks des salons utilisant la solution, ou encore le push de formations (il est à noter que la CAC est l'un des plus gros organismes de formation coiffure en France, avec environ 8 000 coiffeurs formés chaque année). 

Bref, une conférence de presse qui a permis d'asseoir les intentions de développement de FlexyBeauty, qui se repose sur un acteur majeur de la distribution terrain (la ou la société ne commercialise son produit pour l'instant qu'à distance), et sur un certain nombre de coiffeurs formateurs pour évangéliser le marché et pousser sa solution de gestion de salons de coiffure. Un axe de développement intéressant, à suivre de près.