Retour sur le Mondial Coiffure Beauté

Le 25/09/2012 à 08h00 - Expert Zone

Le MCB 2012, c'était un gros pari... Après une édition 2010 exceptionnelle, avec plus de 80 000 participants, et la présence de toutes les grandes marques, l'édition 2012 s'annonçait un peu plus morose, et pour cause : Le GDC qui laisse tomber le MCB, un changement de lieu pour investir la Grande Halle de la Villette, un lieu pour les shows artistiques éloigné du reste du salon (le Zenith)... Beaucoup d'éléments qui nous ont fait nous poser pas mal de questions sur cette édition 2012 du MCB. Et pourtant, cette édition 2012 a tenu ces promesses. Retour sur cet évènement mythique de la coiffure en pleine mutation...



Le lieu : grande halle de la Villette & Zenith

Un lieu mythique, à l'image qualitative que veut se donner le salon. Et surtout beaucoup plus petit que la porte de Versailles, ce qui confère pas mal d'avantages au final : plus facile à remplir, impression de foule permanente malgré le nombre de visiteurs en chute libre par rapport à 2010 (les chiffres non officialisés sont pour le moment de 10 000 visiteurs le samedi, et 13 000 le Dimanche). Ce qui a permis de compenser l'absence des 4 grands du GDC, que sont l'Oréal, Wella, Schwarzkopf & Eugène Perma, qui clairement étaient de gros générateurs de trafic pour le salon (en faisant par exemple gagner des places à leur clients fidèles sous forme de jeux concours etc...).

Le Zénith quand à lui confère aux shows une dimension sur-réaliste. J'ai eu la chance d'assister au show de Jean Claude Aubry, très réussi... Malheureusement, l'immensité de la salle (5000 places) donne une impression relative de vide dès que l'on tourne sa tête vers le haut des gradins. Même Christophe Maé n'a pas complètement convaincu (environ 3000 personnes ont assisté au concert).

L'absence des "gros" du secteur, le gros point noir

Un mouvement qui a été lancé par Perma en 2010, annonçant qu'ils ne participeraient pas au MCB, ce qui a fait la part belle aux L'Oréal et autres Schwarzkopf. Pourtant... 2 ans plus tard, toutes les autres marques emboîtent le pas, ce qui n'est pas sans répercussion pour la qualité de l'évènement : Prix des places en hausse, pour atteindre des plafonds psychologiques importants (80 euros / 2 jours, même avec Maé, ça fait très très cher...), obligation de se rabattre sur la Grande Halle de la Villette plus accessible pour la location...

Mais d'un côté, on comprend la stratégie des grandes marques qui cherche à calculer le retour sur investissement de chaque dépense engagée : et ils faut bien admettre que les salons professionnels sont en perte de puissance... Les investissement immenses effectués par les marques pour des questions d'image n'ont pas encore prouvé leur rentabilité. Seuls quelques uns parviennent à rentabiliser leurs investissements, à l'image de Generik, qui allie représentation de sa marque et vente en direct.

Le futur du MCB

A l'heure actuelle, nous attendons les chiffres du Mondial pour pouvoir nous prononcer sur l'avenir de cette belle manifestation. Néanmoins, quelques excellentes décisions ont été prises par Com Exposium, la société organisatrice du MCB : reprise d'un salon annuel, organisation d'un samedi réservé au business entre exposants et partenaires... Des nouvelles qui nous ravissent. Il ne reste plus qu'à ComExposium de mettre en place une vraie politique de partenariats avec les médias, et cette nouvelle formule saura séduire. En attendant, la conclusion de ce MCB 2012 serait : "une édition 2012 qui a tenu ses promesses, mais qui reste à confirmer, tant par l'absence relative de visiteurs comparés à l'année 2010, que par l'absence des grandes marques... Mais de nombreux signes encourageants sont présents, qui laissent penser à un renouveau...".