Risques allergiques au formaldehyde : une coiffeuse licenciée pour avoir alerté ses collègues !

Le 06/03/2015 à 06h45 - Expert Zone

Une histoire de dingue qui est en train de se passer, et qui fait grand bruit... En effet, l'information est de plus en plus connue, mais il semblerait que certains coiffeurs ne soient pas encore au courant. Le formaldéhyde, présent dans de nombreuses colorations est un puissant allergène, qui peut à terme conduire à des allergies graves pour les personnes qui le manipulent quotidiennement. Et les produits de coiffure en sont pour la plupart bourrés. L'hôtesse d'accueil d'un salon de coiffure du Bronx à New York a ainsi voulu alerter ses collègues sur les méfaits de ce produit, en voyant que ceux-ci manipulaient chaque jour des produits en comportant. Elle a été licenciée sur-le-champ.

Licenciement alerte allergies


En effet, le 27 juin 2012, la jeune hôtesse d'accueil a informé ses collègues de la présence de cette molécule dans les produits utilisés par le salonrapports de l'office sanitaire en main mettant en cause la molécule. L'idée étant avant tout de protéger la santé de ses collègues, et que les coiffeuses demandent à leur patron de changer de gamme de produits. 2 jours plus tard, elle a été convoquée par le gérant du salon qui a mis fin à son contrat de travail (il est possible aux États-Unis de se séparer d'une personne du jour au lendemain, même si le licenciement doit être motivé). En juillet 2012, un premier cas d'allergie déclaré par une coiffeuse du salon a été constaté par un médecin. 
"Aucun employé ne devrait être licencié pour avoir éveillé les consciences sur un problème potentiel de santé sur le lieu de travail" déclare Jeffrey Rogoff, directeur de l'office de santé américaine. 
L'affaire est actuellement devant les tribunaux, et devrait logiquement se solder par un refus du licenciement. 

Cette affaire pose 2 questions. La première, évidente : a-t-on le droit de licencier un salarié qui cherche à protéger la santé de ses collègues. La réponse est clairement non. Mais la deuxième question est bien plus subtile : n'est-ce pas une faute grave de la part d'un employeur que d'exposer consciemment ses employés à des produits dangereux. Alors soit, il y a les habitudes de tel ou tel produit, le fait qu'ils couvrent mieux... etc. Mais est-ce qu'un employeur a le droit de consciemment dégrader la santé de ses employés en les forçant à utiliser ce genre de produits. Et allons même plus loin dans la démarche : comment se fait-il que des produits comportant des molécules chimiques dangereuses soient encore disponibles sur le marché ? Il y a selon moi un vrai problème de conscience et de connaissance, qui devrait sérieusement être pris en compte par les autorités publiques...