Pourquoi votre salon ne marche pas ?

Le 17/09/2014 à 10h53 - Expert Zone

Nous sommes tombé sur un livre américain très intéressant écrit par Eileen Figure Sandlin et intitulé "Start Your Own Hair Salon and Day Spa" (en traduction littérale française, "Commencez votre propre salon de coiffure et spa"). Cet ouvrage livre à tous les entrepreneurs dans l'âme qui souhaiteraient ouvrir un salon et/ou un spa les clefs de la réussite pour que votre affaire soit une affaire florissante. Mais il soulève également un certain nombre de points qui sont typiques et récurrents chez les salons qui ferment leurs portes. Nous les avons donc recensés pour vous !

Salon coiffure ne marche pas


80% des entreprises nouvellement crées échouent dans leurs premiers 18 mois !

Ce n'est un secret pour personne, chaque entrepreneur fait face à de nombreuses difficultés pour la survie de son affaire. Bloomberg a d'ailleurs réalisé une étude sur le sujet, indiquant que pas moins de 80% des petites entreprises échouent dans les 18 premiers mois de leur activité. Il existe une quantité importante de raisons à ces échecs : accroissement de la concurrence, hausse des coûts d'exploitation, problèmes de financement, problèmes fiscaux, mauvaise planification, mauvaise gestion etc... 
Mais le SBA Online Business Center a recensé 6 points communs entre toutes les entreprises qui ont fermé :

- Un manque de trésorerie : Quand vous vous lancez dans une aventure entrepreneuriale, il vous faut au minimum une trésorerie représentant 6 mois d'activité, ce qui vous permettra de financer votre salon en attendant d'avoir les premières rentrées d'argent. 

- Une mauvaise définition et compréhension de besoins du marché : il est primordial de bien comprendre les attentes du marché, et des clients. 

- Une mauvaise définition des tarifs : l'étude démontre que vous pouvez être le moins cher ou le meilleur, mais si vous essayez d'être les deux en même temps, il y a de grandes chances que vous échouiez.

- Une mauvaise étude de votre besoin en fond de roulement : certains fournisseurs demandent des paiements immédiats, spécialement quand vous êtes un nouveau client, ce qui peut amener à piocher de manière trop importante dans votre trésorerie. 

- Une incapacité à anticiper ou à réagir à la concurrence, la technologie ou à un autre changement important sur votre marché : quand on est entrepreneur, on a souvent tendance à garder la tête dans le guidon pour la gestion au quotidien de son activité, et on ne remarque pas que les choses changent autour de nous. 

- Penser que vous pouvez tout faire tout seul : Probablement l'un des plus grand défi des entrepreneurs, avoir la capacité de déléguer. 


Comment pouvez-vous adapter ces conseils à votre salon?

Tout d'abord, il faut vous entourer de personnes compétentes dans leurs domaines d'activité. Vous faîtes vous même votre comptabilité? Externalisez cette tâche à un expert comptable qui saura mieux faire que vous (baisse des risques de rattrapage en cas de contrôle fiscal), et le temps libéré par cette tâche externalisée vous permettra au choix de passer plus de temps pour votre activité principale, ou de prendre du temps pour ouvrir les yeux sur le marché et ses évolutions; idem pour toutes ces fonctions "annexes", type avocat etc... Vous ne pouvez pas être un expert dans tous les domaines d'activité, concentrez-vous donc sur ce que vous savez faire, et laissez le reste à des professionnels. Si effectivement cela a un coût, ces honoraires seront largement compensés par le temps de présence supplémentaire que vous passerez dans votre salon !

Niveau formation, il est primordial d'avoir un minimum de compétences sur la gestion d'une entreprise. Vous le savez comme moi, le BP est un diplôme défaillant, qui ne vous apporte que très peu de ces compétences. N'ayez pas honte donc de reprendre des cours du soir, il existe aujourd'hui de nombreux outils qui vous permettent même de suivre ces cours à distance depuis chez vous. L'objectif étant de disposer d'un minimum de compétences sur la finance, la comptabilité, le droit, la commercialisation et la logistique. Cela vous permettra de pouvoir communiquer avec vos interlocuteurs engagés (avocats, comptables...), mais également d'avoir une vision plus professionnelle de votre activité. 

De plus, en tant que gérant de salon, vous avez la chance de reprendre un bail probablement existant, et donc de profiter de l'expérience des précédents propriétaires. De plus, les commerces locaux vous délivrerons de nombreuses informations sur les "à faire" et les "à ne pas faire" pour votre salon. Comme le dit le proverbe, "on est plus fort à plusieurs", n'hésitez donc pas à rejoindre une association de professionnels dans votre secteur d'activité, ou de rejoindre l'association des commerçants de votre quartier. Les réunions fréquemment tenues par ces associations permettent l'échange et sont source d'une excellente vision quand à l'évolution du marché et des attentes des clients. 

Quand on interroge les gérants de salons de coiffure qui ont réussi, on remarque que nombre d'entre eux auraient, si ils avaient à le refaire, fonctionné différement. Au niveau des reproches que se font les entrepreneurs en coiffure, on note les points suivants :

- Apporter plus d'attention à l'agencement de son salon (trop d'espace perdu, chaque mètre carré doit être pensé pour générer des revenus)

- Déléguer d'avantage

- Accepter les échecs occasionnels qui ne remettent pas en cause la survie de votre salon

- Plus de fonds au lancement de son salon


En appliquant ces quelques conseils, et en faisant attention à ne pas rentrer dans l'un des points cités dans la première partie de cet article, vous mettrez toutes les chances de votre côté pour que votre affaire soit un succès. Et n'oubliez pas, on dit souvent "Pour réussir, il faut du talent, du travail et de la persévérance". Vous avez déjà le talent, à vous de travailler et de persévérer !