La folie des bars et comptoirs

Le 07/05/2012 à 08h00 - Expert Zone

Quand on parle de bar ou de comptoir en coiffure ou en beauté, ne comptez pas vous y poser pour prendre un café ou un verre de rouge... Loin de la ! Les comptoirs et autres bars sont, dans le monde de la beauté, des espaces réduits qui proposent des prestations de beauté rapides, facturées au temps passé. Prenez l'exemple des bars à sourire, qui font grand bruit en ce moment en France. Vous vous installez dans un espace dédié, et vous laissez vos dents blanchir pendant un certain nombre de minutes. Et bien ce concept commence à attaquer le marché de la coiffure. On voit de nombreuses formules qui fleurissent un peu partout : bar à chignon, bar à frange, bulles de beauté... Retour sur ce phénomène qui colle parfaitement aux habitudes de consommation des clientes...



"L'idée m'est venue le jour ou, assis à la terrasse du café de Flore, j'observais - comme toujours - la rue... J'ai vu beau!coup de femmes pressées, dans une certaine urgence, parfois avec des cheveux longs qui pendaient, soi-disant parce que c'est pratique...". C'est la que Christophe Nicolas-Biot, coiffeur dans le 6ème arrondissement a l'idée de lancer son premier "Bar à chignon minute" (terme déposé). Un concept qui cartonne tout de suite auprès de la communauté des blogueuses de mode, à qui le concept doit beaucoup pour son lancement. C'est d'ailleurs une constante auprès des propriétaires de bars de beauté : Stéphane Amaru a par exemple une très grosse visibilité auprès de la communauté des blogueuses (bien que cela risque de se retourner contre lui, étant donné qu'il incite les coiffeurs à laisser de faux avis sur le net... *sic*).

Il faut dire que la formule est attrayante... Un prix apparemment accessible, la plupart du temps calquée sur le temps passé à effectuer la prestation (10 minutes pour 20 euros, 30 minutes pour 60 euros...), bien que dans les faits la rentabilité du coiffeur est clairement optimisée, avec un tarif minute à 2 euros. Des décors la plupart du temps très "girly". Une durée de la prestation courte qui correspond bien au mode de consommation de plus en plus pressé de la beauté par ces dames. Car c'est une réalité, la consommation de salon de coiffure évolue grandement. Finies les après-midi passées chez le coiffeur à papoter avec ses copines. On consomme maintenant le coiffeur comme on prend un taxi : rapide, pas cher, et si possible sympa. C'est ce qui explique d'ailleurs l'explosion de concepts comme les Beauty Bubble, ou plus récement Be Now dans les endroits de fort passage. Petite surface (donc loyer moins cher), espace optimisé, rapidité de la prestation (on se rattrape ici sur le volume de clients qui passent dans la bulle), décoration soignée, iPad pour s'informer, et le tour est joué...

Stéphane Amaru du salon de coiffure Didact Hair Building a bien compris le concept, en proposant 2 types de bars dans son salon : un bar à cheveux longs, et un bar à franges. Son bar à cheveux longs propose 10 coupes réalisées en moins de 30 minutes sur cheveux longs, pour 35 euros.Son bar à frange, quand à lui, propose aux femmes de disposer en 30 minutes d'une fausse frange coupée selon des modèles prédéfinies. La frange est taillée, colorée sur les mêmes teintes que vos cheveux, et clipsée. Idéal pour arborer une frange pour une soirée, que vous pouvez déclipser et reclipser à volonté. Un bon moyen de collectionner les 10 franges qui vous sont proposées sur le catalogue. Car oui, il n'y a pas de place pour la personnalisation dans ces concepts, on choisit sa coiffure sur un catalogue ou équivalent (la comparaison avec un fast food de la coiffure est rapidement faite). Si vous souhaitez une coupe de cheveux parfaitement adaptée à votre morphologie, pas d'inquiétude, la plupart des salons proposent ces services comme des services additionnels à une coupe de cheveux classique. Un bon moyen d'acquérir une clientèle additionnelle, sans pour autant se priver de sa clientèle habituelle.

Quoi qu'il en soit, le concept cartonne auprès de la presse féminine, qui s'est fait un plaisir de relayer l'information sur les blogs et autres journaux féminins. Et pour cause, le concept englobe de nombreux arguments qui font son succès : des résultats chics et naturels, un service rapide, ludique et peu impliquant, le tout pour une somme modérée. Le concept parfait quoi... "Sans marketing, le concept n'est rien" relativise Stéphane Amaru. "Faire revenir en salon les femmes aux cheveux longs, ces consommatrices qui ne venaient plus, qui avaient déserté. C'est notre faute, nous avons été trop "coiffeurs". Nous leurs avons proposé des résultats très coiffés, qui nécessitaient trop de temps ce qui ne correspond pas à cette nouvelle génération.".

Bref, une très bonne formule pour acquérir une nouvelle clientèle, sans se fâcher avec la clientèle existante...

Articles recommandés

  1. 120 euros la coupe femme... Les coiffeurs pètent-ils les plombs ? 120 euros la coupe femme... Les coiffeurs pètent-ils les plombs ?
  2. Auto entrepreneur, une concurrence déloyale pour les salons de coiffure ? Auto entrepreneur, une concurrence déloyale pour les salons de coiffure ?
  3. Semaine de la coiffure 2012, c'est parti ! Semaine de la coiffure 2012, c'est parti !
  4. L'explosion des salons en appartement L'explosion des salons en appartement